20.01.13

Frontière d'écume...

Depuis Grand-Fort Philippe, je marchais sur la frontière d'écume qui séparait la terre de la mer. Une frontière que les hommes n'avaient pas tracée. La plage était si vaste que parfois je doutais de ma place. Étais-je sur l'eau ou sur terre ? Je nageais... Je marchais... Je nachais... Je margeais... les mots se cognaient les uns aux autres mais je me sentais bien. Se sentir bien : un verbe que j'aime conjuguer au présent.J'étais pourtant encadré par un horizon lointain, plus qu'en toute autre mer, et par un cordon de dunes... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 11:34 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , ,

30.08.12

Un chapeau de paille

J'avais laissé L'Été conquérir sa place. Les gens d'au-delà du jardin ne souriaient guère. Juin avait promis, juillet avait déçu. C'est ce qu'ils disaient... Je me suis laissé engloutir par les circonstances. Je voulais prendre un peu de temps rien que pour moi.J'ai fermé la dernière page de mon blog. Volontairement. Pour réfléchir.Quelques sourires s'y sont posés comme des papillons sur un buddléia. Je les ai pris comme tels et ma foi, j'en suis fort heureux. C'est joli des papillons...J'ai feuilleté les soixante-quatre mètres... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 20:04 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20.06.12

Dimanche, j'irai au bord de la Mer...

Quelques pas au bord de la mer.Dimanche après-midi.Après une matinée grise, un moment de lumières.La marée était haute.Mon APN promène encore sa tache sur l'écran.J'ai essayé de la camoufler avec un albatros.A-t-on jamais vu un Albatros à Ambleteuse?  Un homme harassé, laisse sa planche sur le sableet raconte à son chien sa lutte inutile contreles vagues du jour.Un autre, toujours aigri par une tache sur son APN TZ7,tente de prendre une photo.L'essentiel est de passer un bon momenten flirtant avec les éléments.  Quel... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:38 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
04.04.12

Catalogue de rêves marins

Cette vague là n'est venue qu'ensuite...Elle s'est déroulée en élégance d'abord puis en silence. Elle s'est enroulée, ou déroulée, selon le regard de ceux qui la dévisageaient...Toi, tu la voyais s'enrouler, comme frileuse, je la voyais se dérouler, dédiée.Toi, tu la voyais irrésistible, je la voyais amicale.Toi tu la laissais venir,moi je l'attendais.Les vagues nous ont présenté leur catalogue de rêves marins et nous, main dans la main, nous avons feuilleté les instants.Elles nous saluaient, parfois nous caressaient les... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:55 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : , ,
15.11.11

Elle écoutait Alain S...

Elle écoutait Alain Souchon tout en marchant le long des vagues. Quelques mots posés sur des notes salées. Quelques notes portées sur la trace ondoyante d'une écume incertaine. Novembre s'était blotti sur le calendrier. L'été avait bouclé ses malles et rangé ses accessoires. Des bois flottés papotaient à l'ombre des oyats et personne ne les écoutait. Des mots de salicorne, des phrases d'estran, des conversations de bernard-l’hermite.Juste un pied devant l'autre. Juste des pas sur une ombre qui se jouait d'une silhouette en... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 17:53 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16.10.11

Aa

Entre les rives retenues et lissées de ce fleuve si bien connu des cruciverbistes et des mots-croisistes, quelques vaguelettes m'ont entrainé ce jour-là vers la Mer du Nord. Les rares bateaux de pêche se faufilent encore entre les marées et les plaisanciers, en clapotant juste ce qu'il faut pour occuper l'espace sonore le temps d'une phrase.De chaque côté, allant et venant, de nombreux autochtones, plus ou moins retraités, plus ou moins actifs, semblent se perdre sur un chemin sans achèvement.Parfois, un enfant se hasarde en... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,

16.12.10

Sourire salé

Elle quitta sa voiture. La digue dormait en cette fin de journée. Cinq autres automobilistes s'étaient disséminés, loin les uns des autres. En ce décembre glacial, l'endroit n'attirait pas les touristes. Sur le parapet, les amoureux n'avaient même pas laissé un soupir. L'été était oublié. Irrévocablement. Elle ôta ses chaussures. Elle les laissa soupirer sur le parapet de pierre. Le sable s'était fait dur, l'envol des vagues l'endurcit à chaque marée. La mer tricotait des lignes d'écume...Une vague à l'endroit, une vague à l'envers.... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 22:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16.11.10

Là où rêvent les hommes

Là où rêvent les hommes, il y des bateaux qui somnolent... Les vagues les laissent tranquilles, jouant à se faire de l'écume. Parfois, l'une d'entre elles, brasse un peu plus d'air et s'acoquine avec quelques algues fugueuses. Elles se reconstruisent une jeunesse le temps d'un ressac. Là où passent les hommes, il y a du sable qui dore. Des millions de grains en dormance qui se glissent là où la décence ne se glisse guère. Parfois, l'un d'entre eux, plus téméraire, ose godiller sous une paupière. Quel bonheur de se baigner enfin dans... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:25 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11.09.10

Clavier empoussiéré

Le clavier empoussiéré se sent tout ému en percevant mes doigts le caresser de nouveau. Ses touches s'ennuyaient sur ce vaste bureau de bois verni, cet océan où se glissent les mots tus et les rapsodies oubliées, les pages vierges et les espaces ignorés. Je me suis engagé à écrire quelques lignes mais les mots ne se laissent pas approcher. Je suis prêt à faire quelques risettes, esquisser un sourire, ou deux. Rien n'y fait. Les mots se débattent à peine capturés et prétextent je ne sais quelle billevesée pour s'enfuir dans les... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,
19.04.10

« Tu devrais écrire plus souvent!»

« Tu devrais écrire plus souvent!» Voilà une phrase que j’entends parfois et à laquelle je réponds invariablement que je n’ai pas le temps ! Dès le matin, mon emploi du temps est « au vert bouquet ». (Je ne sais pas trop pourquoi ma belle-sœur répète ces mots mais elle court, elle court, elle court… Et comme j’aime bien ma belle-sœur, j’aime bien ses mots également,… quand elle a le temps !). Il faut que je te dise qu’un jour ma belle-sœur « au vert bouquet » m’a emmené en voiture à son bureau. Elle possède une espèce... [Lire la suite]