23.09.12

Je les adore ces-deux là!...

Je les adore ces deux-là !Si un jour il te vient l'envie de flâner sur mes côtes, tu croiseras sans doute le chemin de deux promeneurs différents des autres. Lui, Daniel, approche calmement la centaine. Une existence animée mais obstinée, un choix de vie d'aventures et de désillusions, un mariage tardif mais heureux. (Ne dit-on pas « Mariage plus vieux, mariage heureux. » ? ). Sa jambe droite le rappelle à l'ordre depuis une blessure par balles dans une rizière lointaine mais il n'en parle jamais. Sauf une... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 20:26 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12.09.12

Ils n'ont pas changé!

Ils n'ont pas changé. Ou si peu. J'ai retrouvé mes soixante-quatre mètres carrés, et le reste.Je me suis absenté quelques jours dans un ailleurs qui m'est cher. Je m'y préparais déjà depuis quelques semaines, regardant d'un œil distrait le monde qui continuait à tourner. Le banc de pierre était toujours là. Les fougères ne s'étaient pas ennuyées et les palmes du tamaris de printemps flirtaient délicatement avec les nuages de mon Artois.Le lilas des Indes, tranquille, terminait sa floraison, bien blotti contre le mur blanc. Quelques... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:51 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30.08.12

Un chapeau de paille

J'avais laissé L'Été conquérir sa place. Les gens d'au-delà du jardin ne souriaient guère. Juin avait promis, juillet avait déçu. C'est ce qu'ils disaient... Je me suis laissé engloutir par les circonstances. Je voulais prendre un peu de temps rien que pour moi.J'ai fermé la dernière page de mon blog. Volontairement. Pour réfléchir.Quelques sourires s'y sont posés comme des papillons sur un buddléia. Je les ai pris comme tels et ma foi, j'en suis fort heureux. C'est joli des papillons...J'ai feuilleté les soixante-quatre mètres... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 20:04 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10.07.12

Unjardin emmerlé...

C'est encore un jour comme le précédent.Dans mes soixante-quatre mètres carrés, un merle s'est agrippé à la bordure de mon potager. Un simple assemblage de planchettes de sapin.Des planchettes emmerlées dès la première heure...Les silences du matin répondent à ceux de la nuit. Tout se réveillera tout à l'heure, quand le soleil clignera de l’œil au-dessus de la maison de Jacques.La voix d'Antonella résonne derrière la porte-fenêtre et le mur de chèvrefeuille laisse s'enfuir ses mots clamés dans le patois de Naples. On ne distingue... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 05:51 - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25.06.12

Paupières d'étoiles

On n'entendait pas la Mer. Seulement le moteur assourdi d'un bateau qui transportait quelque marchandise inavouée dans l'ombre. Notre bande s'était installée pour cette ultime veillée juste au dessus du torrent, sur ce plateau où la majorité d'entre nous s'était rencontrée pour la première fois. Le feu était allumé, je ne me souviens plus qui l'avait lancé. Nous avons mangé de bon appétit. En bonne compagnie, la nourriture, quelle qu'elle soit, est toujours meilleure. Pedro avait apporté quelques bouteilles de vieux Xérès.... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 22:50 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20.06.12

Dimanche, j'irai au bord de la Mer...

Quelques pas au bord de la mer.Dimanche après-midi.Après une matinée grise, un moment de lumières.La marée était haute.Mon APN promène encore sa tache sur l'écran.J'ai essayé de la camoufler avec un albatros.A-t-on jamais vu un Albatros à Ambleteuse?  Un homme harassé, laisse sa planche sur le sableet raconte à son chien sa lutte inutile contreles vagues du jour.Un autre, toujours aigri par une tache sur son APN TZ7,tente de prendre une photo.L'essentiel est de passer un bon momenten flirtant avec les éléments.  Quel... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:38 - - Commentaires [36] - Permalien [#]

31.05.12

Un sourire que je ne connais pas...

Parce qu'aujourd'hui mon almanach a décidé, seul, d'afficher le 31 mai 2012.J'ai reçu cette nuit des nouvelles d'un sourire que je ne connais pas. Un sourire que je n'ai jamais croisé.Mais des nouvelles que j'ai lues avec plaisir.Mon APN (Tu sais, celui qui fait des tâches sur les photos!) m'a fait ce clin d’œil qui résout nombre de problèmes tout naturellement.-Et ton banc de pierre ?-Mon banc de pierre ?...Je n'ai pas coutume de m'empourprer mais quelque chose m'a réchauffé les pommettes.Imagine moi au cœur de la... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:40 - - Commentaires [63] - Permalien [#]
Tags : , ,
22.05.12

Joutes de nuit

Ce jour-là, dans tout le hameau, par delà les collines du sud, le vent s'était mis en tête de faire des confidences tonitruantes à qui voulait ne pas l'entendre. Il se glissait derrière les volets, sous les branches, caressait les tuiles à rebrousse-poil et se querellait avec tous les passants. Passants fort peu nombreux, et pour cause !Une vraie nuit de tourmente.Les rippeurs venaient à peine de passer et les longues poubelles vides tentaient vainement de garder leur équilibre. L'une d'entre elles, lassée de combattre, se coucha... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 11:05 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16.05.12

L'Auberge du Noord Meulen

On arrive à Steenvoorde après avoir ralenti plusieurs fois à cause des moulins à vent qui fleurissent le paysage. À moins de ne pas être curieux !Sans être atteint de Donquichottisme, je suis attiré par ces ouvrages obsolètes auxquels on repense sérieusement.Le vent ne coûte rien mais souffle quand il veut. Ça ne lui coûterait rien de souffler en cas de besoin... Un moulin sous le vent tournerait plus souvent.Quand le vent veut, le moulin mouline... et quand le moulin veut, que fait le vent ?Je me dirige donc vers le nord,... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 23:06 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,
12.05.12

La Dame des Brumes

Comme à son habitude, la digue somnolait comme un enfant harassé par les jeux d'une journée bien remplie. Un brouillard de saison calfatait les lieux sans oublier le moindre espace libre. Tout se confondait : les trottoirs et la chaussée, les murs salés... Tout se fondait dans une atmosphère sourde.Les bruits étaient absents, comme absorbés par une nuit incapable de laisser la place au jour naissant.Un chien, pas très gros, avait emmené son maître sur le sable encore dur. Lequel des deux tenait la laisse ? Je n'aurais pu... [Lire la suite]
Posté par Tonton J à 22:48 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , , ,